Warning: Constant WP_CRON_LOCK_TIMEOUT already defined in /htdocs/guycouturier.fr/wp-config.php on line 97
Le pouvoir d'achat aujourd'hui - Guy Couturier, explorateur d'idées, essayiste

Le pouvoir d’achat,

Souvent défini comme la capacité d’achat d’un individu ou d’un ménage en fonction de ses revenus. Constitue un aspect crucial de la vie économique. Il ne se limite pas à la simple somme d’argent disponible, mais englobe également les dépenses incontournables ou contraintes. Telles que les impôts, les charges, les nombreux abonnements, (téléphones, Internet, télévision, jeux en ligne), le logement les dépenses liées à la voiture… :

1. Revenus. Les revenus, qu’ils proviennent de salaires, de revenus du patrimoine ou d’autres sources, constituent la base du pouvoir d’achat. Cependant, leur montant brut ne reflète pas nécessairement la véritable capacité d’achat d’une personne. Car celle-ci est influencée par les impôts et autres prélèvements obligatoires.

2. Impôts et charges. Les impôts et les charges sociales sont des exemples de dépenses contraintes qui diminuent le revenu disponible. Bien qu’essentiels pour financer les services publics et les programmes sociaux, ils réduisent la part du revenu qui peut être utilisée pour d’autres dépenses.

3. Logement. Les dépenses liées au logement, telles que le loyer ou les remboursements hypothécaires, représentent une part importante du budget des ménages. L’augmentation des prix de l’immobilier dans de nombreuses régions a souvent pour conséquence une pression accrue sur le pouvoir d’achat des ménages.

4. Abonnements : Les abonnements mensuels à des services tels que l’Internet, téléphonie mobile, services de streaming, sont devenus des dépenses courantes pour les ménages. Bien qu’individuellement peu coûteux, ils peuvent s’additionner et peser sur le budget global.

5. Voiture. Les coûts liés à la possession et à l’entretien d’une voiture, y compris les paiements mensuels, l’assurance, l’essence et les réparations, peuvent également représenter une part importante des dépenses mensuelles d’un ménage.

Évolutions récentes, difficultés actuelles

En 2024, la situation du pouvoir d’achat en France montre une légère amélioration malgré des défis persistants. Au premier trimestre, le pouvoir d’achat des ménages a progressé de 0,5%, bien que cette croissance soit plus lente qu’au trimestre précédent (+0,8%)​ (INSEE)​​. Cette amélioration est principalement due à une inflation plus modérée et à un rattrapage des salaires sur l’inflation​ (Forbes France)​.

  1. Inflation Persistante: Bien que l’inflation globale ait diminué, les prix des services continuent de grimper, influencés par les augmentations salariales nécessaires pour compenser les hausses de coûts.
  2. Prix de l’Énergie: Les incertitudes géopolitiques, notamment au Proche-Orient, peuvent encore influencer le prix du pétrole, affectant ainsi le coût des matières premières et l’inflation globale .
  3. Taux de Chômage: Une légère augmentation du taux de chômage est prévue, avec des projections le situant à 7,6% d’ici mi-2024, ce qui pourrait réduire la confiance des consommateurs et leur capacité de dépense.

Impact sur le pouvoir d’achat

1. Tension entre revenus et dépensescontraintes” : L’augmentation des dépenses contraintes peut créer une tension entre les revenus et les dépenses discrétionnaires. Telles que les loisirs ou les voyages. Cette tension peut limiter la capacité des individus à maintenir un niveau de vie satisfaisant.

2. Effets sur l’épargne et l’investissement : Lorsque les dépenses contraintes absorbent une grande partie du revenu disponible, il reste moins d’argent pour l’épargne et l’investissement. Cela peut entraver la capacité des individus à constituer un fonds d’urgence ou à investir dans leur avenir financier.

3. Inégalités de pouvoir d’achat : Les différences de revenus et les disparités géographiques dans les coûts de la vie peuvent entraîner des inégalités de pouvoir d’achat significatives. Les ménages à faible revenu ou ceux vivant dans des régions où le coût de la vie est élevé peuvent être particulièrement vulnérables.

D’autres dépenses

1. Gestion financière. Une planification financière efficace, y compris l’établissement d’un budget et la gestion des dépenses, peut aider à optimiser le pouvoir d’achat

2. Recherche de meilleures offres. Comparer les prix et chercher des offres promotionnelles peut permettre aux consommateurs de réduire leurs dépenses contraintes. Notamment en ce qui concerne les abonnements et les services.

3. Diversification des sources de revenus. La diversification des sources de revenus peut aider à atténuer l’impact des dépenses contraintes en augmentant le revenu disponible. Cela peut inclure des revenus supplémentaires provenant de l’économie, du travail indépendant ou de l’investissement.

4. La voiture. Elle peut réduire considérablement la capacité d’achat des individus. En comprenant ces dynamiques et en adoptant des stratégies de gestion financière efficaces.

De nouvelles dépenses contraintes

Les nouvelles dépenses contraintes sont des charges financières qui émergent ou augmentent dans la vie quotidienne des individus et des ménages. Souvent en réponse à des changements dans l’environnement économique, social ou technologique. Ces dépenses peuvent avoir un impact significatif sur le pouvoir d’achat des individus. En absorbant une part croissante de leurs revenus disponibles. Voici quelques exemples de nouvelles dépenses contraintes :

  1. Abonnements numériques. Avec la montée en puissance des services de streaming, des abonnements à des plateformes de divertissement telles que Netflix, Spotify. Ou encore des abonnements à des journaux en ligne, deviennent des dépenses mensuelles courantes pour de nombreux ménages.
  2. Services de livraison. La popularité croissante des services de livraison de nourriture, d’épicerie et d’autres biens essentiels peut entraîner des frais supplémentaires. En particulier pour ceux qui préfèrent la commodité de se faire livrer à domicile.
  3. Équipements technologiques. L’évolution rapide de la technologie peut inciter les consommateurs à mettre à niveau leurs appareils électroniques. Tels que les smartphones, les ordinateurs portables et les tablettes, ce qui représente souvent des dépenses importantes.
  4. Assurance santé et assurance cybernétique. Avec les préoccupations croissantes liées à la santé et à la cybersécurité, de plus en plus de personnes souscrivent à des assurances santé complémentaires. Ou à des assurances contre le vol d’identité en ligne, ce qui représente des coûts supplémentaires.

D’autres contraintes

  1. Écologie et développement durable. Les initiatives visant à réduire l’empreinte carbone. Achat de produits écologiques, installation de panneaux solaires. Ou l’adoption de véhicules électriques, peuvent entraîner des dépenses initiales plus élevées, bien que souvent rentables à long terme.
  2. Éducation et formation continue. Dans un monde en évolution rapide, investir dans l’éducation et la formation continue est devenu essentiel pour rester compétitif sur le marché du travail. Mais cela peut également représenter une dépense significative supplémentaire.
  3. Sécurité résidentielle et surveillance domestique. Avec une préoccupation croissante pour la sécurité personnelle et domestique, de plus en plus de ménages investissent dans des systèmes de sécurité résidentielle. Tels que des caméras de surveillance et des systèmes d’alarme, ce qui entraîne des coûts.
  4. Services de bien-être et de santé mentale. La prise de conscience croissante de l’importance du bien-être mental et physique peut conduire à des dépenses supplémentaires. Pour des services tels que des abonnements à des applications de méditation, des séances de thérapie en ligne ou dans des salles de sport.

Ces exemples illustrent comment les nouvelles dépenses contraintes peuvent affecter le pouvoir d’achat des individus et des ménages en augmentant le fardeau financier global. Une gestion financière prudente et une évaluation régulière des dépenses sont essentielles pour maintenir un équilibre financier sain face à ces nouveaux défis.

Comment Augmenter le Pouvoir d’Achat

  1. Revalorisation des salaires: Une hausse des salaires, notamment pour les bas salaires, pourrait directement améliorer le pouvoir d’achat. En 2024, une augmentation moyenne de 3,5% des rémunérations est attendue, ce qui pourrait fournir un soutien significatif.
  2. Réduction de la fiscalité sur les revenus modestes: Des mesures fiscales ciblées visant à réduire les impôts pour les ménages à faibles revenus pourraient libérer des ressources supplémentaires pour la consommation.
  3. Une grande nouveauté qui serait efficace et innovante : Supprimer les impôts sur les revenus de tous les revenus inférieurs à 60 000 Euros brut par an ;
  4. Encouragement à l’épargne et à l’investissement: Des politiques incitant à une épargne accrue et à l’investissement productif peuvent aider à stabiliser le pouvoir d’achat à long terme. Actuellement, le taux d’épargne des ménages a augmenté à 17,6% de leur revenu disponible brut (INSEE) .
  5. Contrôle des coûts de l’énergie et des produits alimentaires: La mise en place de politiques pour stabiliser les prix de l’énergie et des produits alimentaires, par exemple via des subventions ou des accords de prix, peut aider à protéger le pouvoir d’achat contre les fluctuations extrêmes

La nécessité d’avoir deux ou plusieurs emplois

La nécessité d’avoir deux ou plusieurs emplois s’avère une réalité pour de nombreuses personnes. En raison de divers facteurs économiques et sociaux. Voici quelques raisons qui expliquent cette tendance croissante :

  1. Coût de la vie en hausse. Dans de nombreuses régions, le coût de la vie augmente plus rapidement que les revenus, ce qui pousse les individus à rechercher des sources de revenus supplémentaires.
  2. Baisse du pouvoir d’achat : Malgré une augmentation des revenus pour certains, le pouvoir d’achat réel peut diminuer en raison de l’inflation et de l’augmentation des dépenses contraintes. Telles que le logement, les soins de santé et l’éducation. Avoir plusieurs emplois devient alors une nécessité pour compenser cette perte de pouvoir d’achat.
  3. Précarité de l’emploi. De nombreux emplois modernes sont précaires, temporaires ou basés sur des contrats à court terme. Ce qui signifie que les travailleurs ne peuvent pas toujours compter sur un seul emploi pour assurer leur stabilité financière à long terme, ni leur capacité d’emprunt auprès de leur banquier.

Mais encore :

  1. Endettement croissant. Les niveaux d’endettement personnel sont en augmentation dans de nombreux pays. Ce qui oblige les individus à rechercher des moyens supplémentaires de rembourser leurs dettes et de maintenir un niveau de vie décent.
  2. Changements dans le marché du travail. L’évolution de l’économie vers des secteurs où les emplois à temps partiel, contractuels ou indépendants sont plus courants. Cela rend souvent nécessaire l’accumulation de plusieurs sources de revenus pour maintenir un niveau de sécurité financière.
  3. Charges familiales accrues. Les responsabilités familiales telles que les enfants(si 4 ados = 4 abonnements de mobile), les personnes âgées ou les membres de la famille ayant des besoins spéciaux peuvent entraîner des dépenses supplémentaires. Qui ne peuvent être couvertes par un seul emploi.
  4. Poursuite de la formation et de l’éducation. De plus en plus de personnes choisissent de poursuivre leur éducation ou leur formation continue pour rester compétitives sur le marché du travail. Ce qui peut nécessiter de réduire les heures de travail dans un emploi principal pour se consacrer à des études supplémentaires.
  5. Diversification des compétences et des intérêts : Certains travailleurs choisissent d’avoir plusieurs emplois pour diversifier leurs compétences (Angleterre), pour explorer différents secteurs ou poursuivre des intérêts personnels tout en gagnant un revenu supplémentaire.

En résumé, la nécessité d’avoir deux ou plusieurs emplois est souvent une réponse pragmatique aux défis économiques et sociaux auxquels sont confrontés les individus dans le monde moderne. Cependant, cela peut également entraîner des défis en termes de conciliation travail-vie personnelle et de stress lié à une charge de travail accrue.

Le pouvoir d’achat et les politiques

Le pouvoir d’achat est un sujet central dans les politiques économiques de nombreux gouvernements à travers le monde. Les politiques visant à stimuler le pouvoir d’achat des citoyens peuvent avoir un impact significatif sur la croissance économique, le bien-être social et la stabilité politique :

  1. Politiques fiscales :
    • Réductions d’impôts. Les réductions d’impôts, en particulier pour les ménages à revenu moyen et faible. Qui peuvent augmenter le revenu disponible, stimulant ainsi le pouvoir d’achat.
    • Les crédits d’impôt ciblés sur les dépenses telles que les soins de santé, l’éducation ou l’achat de logements peuvent réduire le fardeau financier des ménages dans ces domaines spécifiques.
    • Réforme fiscale : Des réformes fiscales visant à rendre le système plus équitable ou à réduire les taxes indirectes sur les biens de consommation. Qui peuvent également avoir un impact positif sur le pouvoir d’achat.
  2. Politiques monétaires :
    • Une politique monétaire accommodante avec des taux d’intérêt bas peut encourager la consommation et l’investissement. Ce qui peut soutenir le pouvoir d’achat en stimulant l’activité économique.
    • Contrôle de l’inflation. Maintenir l’inflation à un niveau stable et modéré est crucial pour éviter une érosion du pouvoir d’achat causée par une hausse des prix.
  3. Politiques de soutien social :
    • Des salaires minimums. L’établissement de salaires minimums adéquats peut garantir que les travailleurs gagnent un revenu décent, renforçant ainsi leur pouvoir d’achat.
    • Programmes d’aide sociale. Les programmes tels que les allocations familiales, les bons alimentaires et les subventions pour le logement peuvent aider les ménages à faible revenu. Àrépondre à leurs besoins de base, améliorant ainsi leur pouvoir d’achat.

Des moyens pour les consommateurs

  1. Politiques de protection des consommateurs :
    • Réglementation des prix. La réglementation des prix sur les biens et services essentiels peut empêcher les hausses excessives qui pourraient compromettre le pouvoir d’achat des consommateurs.
    • Garantie de la qualité des produits. Des normes strictes en matière de sécurité et de qualité des produits peuvent aider à protéger les consommateurs. Contre les dépenses imprévues liées aux produits défectueux ou dangereux.
  2. Investissements dans l’infrastructure et les services publics :
    • Accès à des services abordables. Des investissements dans des infrastructures telles que les transports publics, les soins de santé et l’éducation peuvent réduire les coûts pour les ménages. En augmentant ainsi leur pouvoir d’achat.
    • Création d’emplois. Les programmes visant à créer des emplois dans des secteurs tels que la construction et les énergies renouvelables peuvent non seulement stimuler l’économie, mais également augmenter les revenus des ménages, renforçant ainsi leur pouvoir d’achat.

En résumé, les politiques économiques et sociales jouent un rôle crucial dans la détermination du pouvoir d’achat des individus et des ménages. Des politiques bien conçues visant à stimuler les revenus, à réduire les dépenses contraintes et à améliorer l’accès à des biens et services abordables peuvent contribuer à accroître le bien-être économique et social dans une société donnée. Un système de redistribution mis en place par certains gouvernements pour aider des plus démunis.

Comment protéger et améliorer son pouvoir d’achat

Protéger et améliorer son pouvoir d’achat nécessite une approche proactive de gestion financière. Aussi une attention particulière à certains aspects de la vie économique. Voici quelques stratégies qui peuvent vous aider à protéger et à améliorer votre pouvoir d’achat :

  1. Établir un budget. Créez un budget détaillé qui répertorie vos revenus et vos dépenses mensuelles. Cela vous aidera à mieux comprendre où va votre argent et à identifier les domaines où des économies peuvent être réalisées.
  2. Réduire les dépenses inutiles. Identifiez les dépenses non essentielles. Et cherchez des moyens de les réduire ou de les éliminer. Cela peut inclure des abonnements superflus, des sorties coûteuses ou des achats impulsifs.
  3. Comparer les prix. Avant d’effectuer un achat important, prenez le temps de comparer les prix dans différents magasins ou en ligne. Vous pourriez être surpris de la variation des prix pour un même produit ou service.
  4. Négocier les tarifs. Ne pas hésiter à négocier les tarifs avec les fournisseurs de services. Tels que les compagnies d’assurance, les fournisseurs d’accès à Internet ou les opérateurs téléphoniques. Vous pourriez obtenir des réductions ou des offres spéciales.
  5. Optimiser les avantages. Profitez des programmes de fidélité, des coupons de réduction et des offres promotionnelles pour économiser de l’argent sur vos achats réguliers.
  6. Investir dans l’éducation financière. Apprenez les bases de la gestion financière, y compris l’épargne, l’investissement et la gestion des dettes. Plus vous serez informé sur les finances personnelles, mieux vous pourrez prendre des décisions éclairées. Pour protéger votre pouvoir d’achat.

Des mesures à prendre

  1. Épargner régulièrement. Mettez de l’argent de côté chaque mois dans un compte d’épargne dédié. Même par de petites sommes qui peuvent s’accumuler avec le temps et vous offrir une réserve financière en cas d’urgence.
  2. Améliorer ses compétences et sa valeur professionnelle. Investissez dans votre éducation et votre développement professionnel pour augmenter vos chances d’obtenir des augmentations de salaire. Ou des promotions. Une meilleure rémunération peut renforcer votre pouvoir d’achat.
  3. Comparer les offres de services financiers. Lorsqu’il s’agit de produits financiers tels que les comptes bancaires, les cartes de crédit ou les prêts, comparez les offres. Pour trouver celles qui offrent les meilleures conditions et les frais les plus bas.
  4. Planifier pour l’avenir. Anticipez les dépenses futures telles que la retraite, l’éducation des enfants ou les soins de santé en commençant à épargner et à investir tôt. La planification financière à long terme peut contribuer à protéger votre pouvoir d’achat à mesure que vous avancez dans la vie.

Les Français interrogés indiquent que leur principal sujet de préoccupation personnelle reste leur pouvoir d’achat.

Le niveau des revenus se détermine par le choc inflationniste actuel. Les économistes de l’OFCE montrent que la hausse des prix (en tenant aussi compte de l’alimentaire) a été bien plus forte pour les personnes âgées (+0,6 point par rapport à l’inflation moyenne en 2022) et celles résidant en zone rurale.

Une baisse du pouvoir d’achat

Les causes d’une baisse du pouvoir d’achat se situent à (4 % au T3 de 2023), pour la première fois depuis 1984 ! Malgré la mise en place de boucliers tarifaires qui tirent à la fin.

Et ce, particulièrement pour les jeunes générations :

  • Le ralentissement des salaires ;
  • La hausse des prélèvements obligatoires ;
  • Un choc d’inflation avec notamment la hausse de l’énergie : deux Français sur trois pensent que l’inflation va grignoter leurs pouvoir d’achat en 2024 ;
  • La hausse des taux de crédits ;
  • Une augmentation de 20 % du budget voiture ;
  • La fin du « quoi qu’il en coûte » ;
  • Si vous êtes une femme seule et que vous avez des enfants adolescents, dans un pavillon ; c’est la catastrophe ;
  • L’éco-anxiété devient un véritable sujet de société, avec 80 % des Français qui se disent inquiets des conséquences du dérèglement climatique sur le monde, 74 % sur la France et 64 % sur eux et leur famille.

Cette baisse reste mal ressentie par la population :

  • Elle touche d’une manière semble-t-il totalement injuste, « elle n’est pas pour tout le monde » ;
  • Les perspectives d’un avenir plus souriant n’apparaissent pas vite (en particulier pour les enfants). Actuellement on dit souvent que “l’ascenseur social est en panne” ;
  • L’augmentation d’un « sentiment d’insécurité » déprime les ménages ;
  • Ce pouvoir d’achat en baisse ne semble pas préoccuper nos élus et notre exécutif (particulièrement dans leurs actes) ;
  • 42% des citoyens disent que leur pouvoir d’achat ne leur permet pas de vivre de façon satisfaisante en répondant à leurs besoins essentiels tout en se faisant plaisir de temps en temps ;
  • Le seuil de pauvreté, qui aujourd’hui déclenche les aides sociales n’est pas bien adapté ;

Cette baisse du pouvoir d’achat procure un « Sentiment d’injustice et d’abandon »

Des inégalités sociales qui justement, sur l’ensemble du territoire, sont vues comme un véritable sujet de préoccupation : Entre 60 % et 67 % des répondants estiment qu’aujourd’hui que les inégalités sont liées :

  • Au lieu de résidence ;
  • À l’origine géographique ;
  • À la couleur de peau ou bien au genre.

Ils considèrent aussi qu’elles ont des conséquences « très importantes » quand il est question :

  • D’accès à l’emploi (43 %) ;
  • À la santé (42 %) ;
  • À l’enseignement supérieur (37 %) ;
  • Ou bien encore à l’école (36 %). Une école où, comme le rappelle le Cese, la mixité sociale recule depuis une vingtaine d’années.

« La réponse va devoir être ambitieuse, globale et ne pas se cantonner à des mesurettes post-émeutes, ou à la marge, comme si tous les sujets n’étaient pas corrélés entre eux. Combien d’émeutes, avec des personnes qui détruisent les services publics chez eux, allons-nous attendre ».

Selon Marianne Tordeux :
Partager: